You are currently viewing Antoine Wauters – Mahmoud ou la montée des eaux

Antoine Wauters – Mahmoud ou la montée des eaux

Et si la magie de Noël c’était aussi la lecture d’un texte manifestant la force et la persistance de son personnage à demeurer vivant au cœur du monde ? Un monde où pourtant tout prétend conduire à la destruction de l’humain en soi. La puissance de l’amour, la beauté de la lumière, les éclats des souvenirs : C’est lorsqu’une espérance expire/Qu’une chanson de plus s’élève

Se tenir vivant au cœur du monde… Même lorsque le monde autour de soi a disparu sous les eaux d’un barrage, sous les horreurs indicibles d’une guerre sans fin, sous les emprisonnements, les viols et les tortures, même lorsque la solitude a tout recouvert après l’anéantissement des plus proches, femme et enfants, même lorsque le cancer ronge, enferme peu à peu le corps dans la douleur et rend chaque jour plus difficile la plongée, avec palmes et tuba, dans les eaux salvatrices du lac et des souvenirs…

Au milieu de ces circonstances extrêmes, aujourd’hui en Syrie, hier dans des camps d’extermination, des êtres parviennent à préserver leur humanité, leur douceur, leur capacité à forger les mots du poème et à célébrer l’amour qui refuse de céder la place à la haine et au désespoir.

Tout est dit. Y compris le plus terrible des souffrances que certains s’obstinent à infliger à d’autres pour détruire jusqu’au sens de toute vie. Tout est écrit. Y compris le silence qui entoure celui qui a tout perdu… mais aussi la magie de la lumière traversant encore les eaux du lac et la force du poème adressé jusqu’à son dernier souffle à la femme inlassablement aimée :

« Le ciel n’était pas bleu, mon ange

Nos jours furent bleus »…

Cet article a 3 commentaires

  1. Michèle Surre

    l’exposition au Grand Palais Ephémère du plasticien allemand ANSELM KIEFER avec des poèmes du poète roumain PAUL CELAN me paraît en corrélation avec le thème « à demeurer vivant au cœur du monde » .

    1. aarmel

      Oui, bien sûr… et d’ailleurs sur ma page Facebook, j’ai fait se succéder en deux jours des « posts » sur l’exposition d’Anselm Kiefer (avec photo de l’artiste lors de l’inauguration, où je me trouvais…) et sur le livre d’Antoine Wauters… Mais… tout le monde n’a pas Facebook n’est-ce pas Michèle ?

Laisser un commentaire