Une Antigone à Kandahar et… au Café Lire L’Inde

Vous aimez ? Faites-le savoir !

Pour sa rentrée le Café Lire l’Inde présentera, le 30 septembre à 18h30) un roman de la rentrée littéraire 2015, Une Antigone à Kandahar de Joydeep Roy-Bhattacharya (The Watch, traduit par Antoine Bargel)

Joydeep Antigone

« Le premier grand roman sur la guerre en Afghanistan. » (The Wall Street Journal)

En présence de Marie-Pierre Gracedieu, son éditrice chez Gallimard. Elle nous fera découvrir cet écrivain indien vivant aux Etats-Unis, qui revisite la mythologie grecque et interroge les valeurs occidentales.

« Sous nos yeux, la résistance d’une garnison américaine isolée est vaincue non par la force des armes, mais par la volonté d’une femme désarmée se raccrochant obstinément à son idée de ce qui est juste et bien. » (Selon le prix Nobel, J.M. Coetzee)

Joydeep Roy-BattacharyaJoydeep Roy-Bhattacharya est né en Inde, à Jamshedpur.

Il a étudié la politique et la philosophie à Calcutta (Presidency College), puis à l’Université de Pennsylvanie. En 1989-1990, il a beaucoup voyagé en Europe de l’Est et son premier roman, The Gabriel Club, est situé à Budapest. Il vit dans l’état de New York.

Il organise son œuvre en trilogie. La première, « le cycle de la paix », renouvelle l’approche du monde musulman, objet de trop grandes simplifications en Occident.

Une Antigone à Kandahar (The Watch) est le premier volume paru de la « trilogie de la guerre » (le conflit entre le monde musulman et le monde occidental).

Joydeep Roy-Bhattacharya y transpose l’Antigone de Sophocle dans le désert afghan, il s’y interroge sur le pouvoir de la mythologie, le problème de l’identité, les dommages collatéraux de la guerre, l’idéalisme et les valeurs occidentales

Le Café Lire L’Inde a lieu au restaurant Best of India, 170 rue du Faubourg Saint Denis, 10e, M° Gare du Nord, à 18h30.